Communiqué 5 novembre 2020 – Séance du Conseil municipal



Le groupe municipal PDC Ville de Genève s’oppose à la nouvelle mouture du projet de budget 2021 de la Ville

Les démocrates-chrétiens du Conseil municipal de la Ville de Genève sont très déçus par la deuxième version du budget 2021 présentée par l’Exécutif. Ce dernier prévoyait un déficit de 49,3 millions pour 1,2 milliards de charges en gelant les mécanismes salariaux des employés de la Ville. Par voie de communiqué laconique, mardi, le Conseil administratif a fait marche arrière sur cette mesure d’économie plus que bienvenue dans le contexte.

Surprise et incompréhension. Des mots qui reflètent la réaction des conseillers municipaux PDC en Ville de Genève en prenant connaissance des décisions prises par le Conseil administratif, relativement laconique publiées mardi. Les nouvelles estimations fiscales sont meilleures qu’espérées. Cumulées à des « ajustements d’ordre technique », elles lui permettent d’amender son projet de budget 2021 en réintégrant les mécanismes salariaux de l’administration municipale et du personnel de la petite enfance. Ce gel des mécanismes permettait une économie de 8 millions de francs en 2021. Une économie plus que bienvenue dans le contexte de crise sanitaire à l’avenir incertain.

En pleine deuxième vague et semi-confinement qui enfoncent encore davantage grand nombre d’indépendants, de commerçants et restaurateurs genevois dans des difficultés financières inextricables, il est regrettable que la priorité de la majorité du Conseil administratif soit d’assurer les automatismes d’augmentation de salaire des fonctionnaires.

Le Conseil administratif fait la démonstration de mettre le Conseil municipal devant le fait accompli. De plus, les élus PDC n’observent pas de perte de pouvoir d’achat chez les fonctionnaires de la Ville. En période de crise du Covid, cette situation exige des investissements dans le social, le logement, les écoles et le commerce. Ils considèrent également qu’il faut avoir plus de considération envers la population genevoise fragilisée par une crise sanitaire dont les incertitudes se multiplient au fil des mois.

De plus, les 200’000 habitantes et habitants de la Ville de Genève ne doivent pas faire les frais de tractations avec les syndicats. Et ceci alors qu’une frange des fonctionnaires sont prêts par solidarité d’accepter le gel de leurs annuités.

Par ailleurs, les démocrates-chrétiens souscrivent à la position de leur magistrate Marie Barbey-Chappuis qui s’est opposée à la réintroduction des mécanismes salariaux. Elle aurait souhaité utiliser ces 8 millions de francs pour des mesures de soutien à l’économie locale. L’idée est de sponsoriser des bons d’achats dans les commerces durement touchés par la deuxième vague du Covid. Cette idée a récemment été plébiscitée par la municipalité lausannoise.

« Le Conseil administratif réserve le détail des mesures et le chiffrage à la Commission des finances qui se tiendra le 10 novembre », a fait savoir le communiqué. Le groupe municipal démocrate-chrétien détaillera à ce moment-là les amendements qu’ils comptent bien faire passer au Conseil municipal lors du vote du budget prévu en fin d’année. Les débats s’annoncent d’ores et déjà très vifs.