Communiqué 25 novembre 2020 – Séance du Conseil municipal



La Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes a occupé les débats au Conseil municipal de la Ville de Genève. La culture bénéficiera de deux crédits supplémentaires. Enfin, les PME bénéficieront de 20 millions pour faire face à la crise-Covid.

Le groupe municipal du PDC Ville de Genève, lors de la plénière du mercredi 25 novembre, a soutenu la cause féministe mais a tenu à livrer des propos nuancés. Quant à la culture, deux crédits supplémentaires ont été voté à l’unanimité. Enfin, le municipal pourrait débloquer 20 millions supplémentaires pour venir en aide aux PME.

Les débats en disent long sur le sujet. Le groupe municipal du PDC Ville de Genève apporte, ce jour et tout au long de l’année, son soutien à toutes les femmes victimes de violences. La municipale démocrate-chrétienne Anne Carron a pris la parole en réponse à une motion urgente renvoyée à la commission de la cohésion sociale et de la jeunesse mercredi: « La pandémie fait partie des facteurs aggravants de la violence domestique, cela nous a été rappelé au printemps dernier par un rapport de l’Organisation des Nations Unies (ONU) qui soulignait notamment une augmentation allant jusqu’à 30% dans certains pays européens. Ces informations fiables sont inquiétantes, ce d’autant plus que la situation avant le Covid était déjà préoccupante. Nous saluons le travail déjà effectué par le Canton et la Ville. Nous devons nous inscrire dans une action et un dispositif d’entente avec les associations et le Canton afin d’éviter des doublons pour arriver au meilleur résultat. » Pour rappel, dans une résolution du 17 décembre 1999, l’Assemblée générale de l’ONU a proclamé le 25 novembre « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ».

Un projet de délibération contre le sexisme a également été discuté et voté lors de la plénière. Il souhaite notamment que le Conseil municipal se dote d’une formation afin de sensibiliser les élus contre les comportements sexistes. Un troisième débat est prévu en janvier 2021. Le PDC Jean-Luc von Arx a livré un propos nuancé quant à la teneur des discussions: « Ce qui peut sembler bizarre, c’est que notre parlement devienne une institution très lourde avec une hiérarchisation. Lorsque nous lisons dans la presse ce qu’il peut se passer dans certaines entreprises où tout d’un coup une chape de béton saute et des victimes de harcèlement peuvent enfin s’exprimer, effectivement, la Suisse est un peu en retard. Cela peut surprendre que, dans notre parlement, il y ait des non-dits. Mais lorsque cela se passe, généralement, le président ou la présidente voir même le Bureau ont pu traiter directement de certaines situations. Le PDC Ville de Genève souhaite une vraie discussion autour de ces mesures. Une charte pourrait suffire plutôt qu’une réglementation».

Et le chef de groupe Alain De Kalbermatten d’ajouter : « Le règlement pourrait être fait par les conseillers municipaux pour les conseillers municipaux. Il y a un manque d’efficience dans le débat car cela engendre une perte de temps. La discussion en commission aurait été plus efficace ».

Economie et emploi en Ville de Genève

Une délibération a largement été acceptée pour un renvoi en Commission des finances pour étude. Elle demande au Conseil administratif de doter la Fondetec de CHF 20 millions supplémentaires destinés à venir en aide à fonds perdus aux entreprises de la Ville de Genève. Le groupe municipal PDC a accueilli favorablement la proposition de donner des moyens supplémentaires à la Fondetec par la voix de sa commissaire aux finances Alia Chaker Mangeat : « Nous pensons qu’il faut effectivement répondre de manière sérieuse et concrète aux entreprises et indépendants en ville de Genève qui font face à des énormes difficultés financières dues à leur fermeture forcée. Il est de notre responsabilité de répondre à leur souffrance, il est de notre responsabilité de répondre à cette urgence économique. Cette proposition passe par une nouvelle dotation de la Fondetec de 20 millions, qui connaît, il est vrai, parfaitement le tissu économique de notre Ville et qui a déjà été fortement sollicitée ces derniers mois. D’ailleurs, nous remercions les collaborateurs de la Fondetec de leur engagement admirable, de leur réactivité depuis le début de la crise-Covid. Nous souhaitons toutefois auditionner la Fondetec, et autres acteurs économiques, afin de déterminer quels sont les moyens les plus appropriés pour les aider. Il serait à notre avis indispensable qu’une partie des moyens soient allouées au soutien à la digitalisation des entreprises, beaucoup de micro entreprises ont en effet besoin de rattraper leur retard afin de rester concurrentielles. »

Des fonds supplémentaires pour la culture

Le Conseil municipal a voté à l’unanimité, deux crédits de soutien aux artistes et à l’offre culturelle à Genève. D’une part le crédit cadre qui permet de financer les activités du Fonds municipal d’art contemporain (FMAC) entre 2021 et 2025 et d’autre part le crédit qui permet de compléter les aides fédérales urgentes pour les acteurs culturels frappés par la crise. Il s’agit d’un investissement de 4 millions et d’un crédit exceptionnel covid de 2,3 millions de francs. La démocrate-chrétienne Isabelle Harsch a appuyé la position du PDC Ville de Genève : « Nous sommes convaincus par l’explication qui nous a été donné par la nature du changement des affectations budgétaire. Un budget d’investissement qu’il est plus que jamais important de maintenir pour les artistes. La culture a été fortement touchée par cette période de crise sanitaire. C’est aussi important pour nous de marquer l’époque et ainsi de garder une collection riche qui nous permettra de nous remémorer l’époque dans laquelle nous vivons. Enfin, nous sommes satisfaits du fait que les comités de sélection se soient professionnalisés et qu’il y ait des règles claires et transparentes qui régissent à la fois les critères de sélection des œuvres et d’achat et à la fois le renouvellement de ces experts qui composent les comités ».