Communiqué 9 juin 2021 – Séance du Conseil municipal



Le groupe municipal PDC Ville de Genève accepte l’assainissement de la rue de Carouge mais refuse l’extension des travaux sur la forme. La Place des Philosophes sera peut-être bientôt plus douce et plus ombragée. Les démocrates-chrétien·ne·s du Conseil municipal de la Ville de Genève ont largement soutenu l’assainissement de la rue de Carouge qui a grandement besoin d’un rafraîchissement. Par contre, le PDC refuse l’extension des travaux demandée par le Conseil administratif évoquant un manque de vision sur ce projet. La Place des Philosophes est en bonne voie pour se transformer en un lieu plus convivial pour les habitant.e.s de la Ville dans les prochains mois.

Rue de Carouge, plus belle, plus moderne

Une rue mythique et un budget pharaonique. Le groupe PDC Ville de Genève a largement accepté le texte demandant l’ouverture d’un crédit brut de 9’366’000 francs destiné à la rénovation du réseau d’assainissement de la rue de Carouge, du rond-point de Plainpalais à la place des Augustins, dont à déduire la participation des propriétaires des biens-fonds concernés pour un montant de 2’014’000 francs et la récupération de la TVA de 484’200 francs, soit 6’867’800 francs net. Le PR-1397 A a été voté lors de la plénière du 9 juin 2021 par 74 oui et 2 non. Un vote qui en dit long sur la volonté des municipaux pour aider les piétons, les transports publics ainsi que les automobilistes à mieux circuler dans ce quartier très vivant.
Par contre, la PR-1397 B, acceptée par 42 oui et 34 non, n’a pas eu les faveurs des démocrates-chrétiens. En résumé, le Conseil administratif, demande quasiment la même somme que l’assainissement pour verdir les voies des trams notamment. Sur le fond, le PDC n’est pas contre mais sur la forme, il y a un hic comme l’a expliqué le chef de groupe Alain de Kalbermatten : « À la fin de la législature précédente, le PDC a pris part à l’urgence climatique. Il faut certes tout faire pour aller dans ce sens-là. Nous nous retrouvons dans une situation où nous avons une magistrate qui prétend que nous pouvons faire fi d’un crédit d’étude pour la seule et unique raison que nous avons voté l’urgence climatique. C’est comme si tous les droits politiques et les droits démocratiques étaient mis à la poubelle, du seul fait qu’il existe une urgence climatique. Nous sommes là pour représenter la majorité de la population, par respect pour ceux qui nous ont élu·e·s. Il faut respecter les règles, à savoir, dans un premier temps, voter un crédit d’étude et, dans un deuxième temps, voter un crédit de réalisation qui sera étudié en commission. Il est important de ne pas faire en sorte que l’argument de l’urgence climatique ait pour conséquence un déni démocratique ».

Réaménager la Place des Philosophes pour le bien-être des habitant·e·s

La Place des Philosophes devrait être plus conviviale. La motion 1616, pour un renvoi direct au Conseil administratif a été acceptée par 49 oui, 2 abstentions et 23 non. Proposée par la PDC Anne Carron, elle demande aux autorités d’étudier la possibilité de modifier l’affectation actuelle de la place des Philosophes afin de la transformer en un espace de détente pour la population (square ombragé avec des bancs et terrasses notamment), ce en concertation avec les habitants et les associations du quartier.
Anne Carron a convaincu par son discours : « Des périodes de canicules particulièrement éprouvantes ont lieu chaque année. Le bitume très présent dans le quartier contribue à l’augmentation des températures et les fortes canicules ont des effets néfastes sur la santé, en particulier des plus vulnérables, des enfants en bas âge et des aîné·e·s. L’adaptation de nos modes de vie et de l’aménagement de la Ville qui devra offrir d’avantage de végétalisation est un aspect inscrit dans le programme de législature du Conseil administratif. Le quartier est très dense et le parking de Plainpalais est très proche. Un nouvel espace de détente végétalisé et ombragé ne serait pas un luxe ».