Communiqué 13 juin 2021 – Mauvaise note pour la Cité de la Musique



C’est finalement le non qui sort des urnes malgré une campagne intense sur le terrain pour la Cité de la Musique. Le PDC Ville de Genève prend acte du résultat du jour. Ce dernier, avec 50,84% de voix contre démontre que le projet n’a pas convaincu les votants.

C’est avec un grand regret que le PDC Ville de Genève a pris note du résultat négatif pour la création d’une Cité de la Musique digne de ce nom. Ce projet voulait donner des perspectives aux jeunes générations qui souhaitent se former dans les métiers de la musique, ainsi que de la visibilité aux artistes locaux de tous horizons. « En disant NON, les habitant-e-s de la Ville de Genève n’ont pas été convaincu.e.s de soutenir une formation de qualité pour tous les jeunes qui veulent faire de la musique non seulement une passion, mais aussi leur métier. L’espoir d’une Cité de la Musique aurait pu devenir un haut lieu de la culture qui aurait rayonnée loin à la ronde, et le PDC Ville de Genève se désole de résultat négatif auquel il a engagé ses membres avec une campagne très haletante», souligne le président du PDC Ville de Genève, Carmelo A. Laganà.

La Cité de la Musique a été conçue comme un lieu de vie, d’ouverture, de formation, de création et de programmation. L’objet refusé prévoyait la création d’une infrastructure avec trois salles de concert, quatre auditoires, des salles de classe et de répétition, une bibliothèque/médiathèque, un restaurant, un espace exposition ou encore un parc publique.

Une partie de la population a tout de même démontré son attachement à une formation professionnelle de qualité ainsi qu’à une vie culturelle locale foisonnante et variée. Le projet, qui a su évoluer au fil des concertations, reflétait le besoin d’améliorer continuellement la qualité de vie en Ville de Genève et de faire cohabiter de manière respectueuse les infrastructures et la nature. Le PDC Ville de Genève maintien son engagement pour créer des structures qui offrent des conditions idéales de formation, de création et de production pour la Haute Ecole de Musique, pour l’Orchestre de la Suisse Romande et pour les artistes locaux de tout horizon.

L’intensité particulière et la richesse de la campagne aura permis d’apporter sa pierre à l’édifice de la politique culturelle genevoise.